Vendez la peau de l’ours avant de le tuer !

Ne vendez pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué disait un proverbe ancien. Justement ce proverbe est ancien. De nos jours, il faut faire le contraire. Celui qui attend d’avoir tué l’ours avant de vendre sa peau se retrouvera avec un inventaire ; ce qui coûte cher et ne rapporte rien. Celui qui aura vendu la peau pourra toujours acheter à bas prix l’inventaire du chasseur.

De nos jours, les produits et les services peuvent être disponibles rapidement, l’offre potentielle excède la demande. Celui qui centre son activité sur le développement de clientèles pourra toujours se procurer les biens et les services que ses clients désirent. Celui qui centre ses activités sur les opérations devra lutter contre la compétition pour écouler ses inventaires. Le monde de la commercialisation du vingt et unième siècle est le contraire de celui du siècle précédent.

Pour réussir cette métamorphose, les entrepreneurs doivent imaginer les entreprises à l’envers : la créativité remplace la tradition, les employés ne sont plus au service du patron, la marque devient le premier facteur de choix, l’adéquation entre l’offre et la demande doit être parfaite, l’apparence est essentielle, la transaction devient tributaire de la relation et l’émotion est plus importante que le rationnel.

Et il est plus important de vendre la peau de l’ours que de le tuer.

Claude Savoie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *