Rentabiliser un salon de coiffure

Gilles est coiffeur. Il possède un modeste salon où il loue trois fauteuils à des coiffeurs indépendants. La moitié de l’espace est libre. Même si le loyer des fauteuils est raisonnable, les coiffeurs démissionnent fréquemment, prétextant des revenus trop faibles. Gilles rapporte à lui seul autant que les trois autres coiffeurs et finance presque exclusivement les frais généraux. Il cherche des coiffeurs plus stables et plus rentables. Il fait donc appel à un coach.

Le coach lui demande de parler de la coiffure, de son métier, de ce qu’il aime, de ce qu’il n’aime pas. Gilles devient volubile. Il fait preuve d’une véritable érudition. Ses connaissances dépassent la technique et rejoignent l’art. La coiffure est sa vie. En quinze ans de pratique, il est devenu un virtuose de la beauté, rendant ses clientes plus belles et plus sûres d’elles. Il est étonné de constater à quel point il est bon coiffeur, à quel point il dépasse ses compétiteurs par son savoir, son savoir-faire et son savoir être.

Gilles se rend d’abord compte de son potentiel et constate que personne n’est au courant de ce qu’il a à offrir. Il découvre ensuite que la plus grande partie de son énergie est consacrée à gérer un commerce de location de fauteuils. Le coach lui demande s’il veut améliorer son commerce de location de fauteuils ou bâtir la clientèle d’une entreprise consacrée à l’esthétique.

Gilles choisit, mais comment faire ? Pourra-t-il réussir ? Où trouver des coiffeurs compétents ? La clientèle va-t-elle répondre favorablement ? Y a-t-il un marché suffisant ?

Une modeste étude de marché révèle l’existence d’une demande capable de générer des revenus de trois à quatre fois supérieurs à ses revenus actuels.

Par où commencer ?

Le coach aide Gilles à cerner sa problématique et à poser les jalons suivants :

  • il faut que la clientèle potentielle sache que Gilles est un coiffeur hors de l’ordinaire ;
  • il faut que les autres coiffeurs soient d’un calibre digne d’un salon qui se démarque ;
  • il faut aussi occuper l’espace libre.

Gilles arrive à son plan d’action : un designer prépare les plans d’aménagement pour refaire le salon ; on ouvrira un salon de thé dans l’espace vacant ; le salon de thé servira de centre de profits secondaires. Ce sera une offre de lancement pour les services de coiffure qui véhiculera une image de qualité auprès de la clientèle.

Les coiffeurs sont devenus des employés permanents et reçoivent une formation sur l’art de la coiffure. En dispensant la formation, Gilles découvre tous les jours des façons différentes de mettre ses connaissances à profit et les clients le perçoivent.

2 Responses to “Rentabiliser un salon de coiffure

  • Alex Leclerq
    8 ans ago

    merci pour l’article. il y a tres peu qui connaissent les difficultés d’ouvrir un salon de coiffure. ce n’est pas du tout evident

  • merci pour l’article, il faut savoir se remettre en question !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *