Le plan d’affaires est mort !

Le plan d’affaires est mort ! proclame Claude Ananou, professeur aux HEC. « Ce modèle ne convient plus, c’est comme faire la biographie de quelqu’un qui n’est pas encore né ». Moi aussi, j’ai toujours eu des réserves au sujet de ce modèle, mais comme il n’y avait aucune alternative…
Claude Ananou propose une alternative : le dossier d’opportunité. Il constate que créer et développer une entreprise est le résultat d’un processus de réflexion, de décision et d’action ; ce processus est continu et fonctionne en spirale contrairement au plan d’affaire conventionnel qui lui est linéaire.

Le professeur Ananou a constaté, ce que je constate aussi depuis des années, que les entrepreneurs sont des gens d’action. Ils sont peu enclins à s’arrêter pour décrire dans le détail ce que sera l’entreprise dans cinq ans. Le dossier d’opportunité insère la réflexion, la décision et l’action à toutes les phases de l’évolution de l’entreprise, depuis l’idée initiale, l’analyse des besoins, le concept, l’analyse de l’environnement, la recherche des ressources jusqu’à un plan d’action réaliste.

Pour monter son dossier d’opportunités,  l’entrepreneur doit prendre conscience de ses aptitudes, de ses capacités et de ses compétences , décrire son projet et passer à l’action. Il sera alors confronté à la réalité et devra préciser son projet, modifier des aspects importants et découvrir des obstacles non perçus.

Il y aura une deuxième version débouchant sur l’action qui sera à son tour modifiée. Et ainsi de suite. Contrairement au plan d’affaires qui dort dans un tiroir, le dossier d’opportunité est  en constante évolution, il est en progression continuelle et conduit à des actions rapides.

5 Responses to “Le plan d’affaires est mort !

  • Leslie Dumont
    9 années ago

    Merci pour ce court texte. Je suis présentement à l’élaboration d’un plan d’affaires version traditionelle et je constate que votre propos est des plus réaliste.

    • Au cours de ma carrière, j’ai vu des centaines de plans d’affaires et tous les entrepreneurs ont rencontré les mêmes difficultés. Il faut bien sûr planifier, mais planifier comme un général qui se prépare à conquérir un nouveau territoire. Il doit prévoir l’approvisionnement, connaître le terrain et les forces de résistance, il doit disposer de réserves, mais c’est dans l’action qu’il démontrera sa stratégie. L’entrepreneur doit surtout être en mesure de s’adapter aux circonstances. Le dossier d’opportunités permet de planifier tout ce qu’on peut prévoir et encourage les expériences.
      Le professeur Claude Ananou, des HEC, travaille sur le dossier d’opportunités et a beaucoup écrit sur le sujet. Personnellement cette approche est très efficace auprès de mes clients. Ils avancent plus vite, ont une vue d’ensemble plus complète et plus concrète et ont une compréhension plus profonde de la dynamique entrepreneuriale.
      Bon succès.

  • À titre d’enseignante en Lancement d’une entreprise, j’ai accompagné des centaines d’entrepreneurs dans l’élaboration d’un plan d’affaires. Dans une formation professionnelle de 300 heures, le temps nous manquait pour se rendre à la partie opérationnelle du PA, ce qui fait qu’on élaborait surtout la partie stratégique (je crois qu’on appelle ça aujourd’hui le Plan ou le Dossier d’opportunités). Je crois que beaucoup d’intervenants n’ont pas compris l’importance du volet stratégique d’un Plan d’affaires – ce qui fait qu’on abandonne ce formidable outil de démarrage aujourd’hui. Doit-on jeter le bébé avec l’eau du bain?

  • Alors que je travaillait dans le développement de programmes de formation dans le domaine pharmaceutique j’ai rencontré à l’International Society for Performance Improvement (www.ispi.org)Thiagy un entrepreneur innovateur qui comme vous le suggéré avait révolutionné l’approche de planification en formation.
    On nous enseignait les 7 étapes de développement pour une formation lesquels prenaient au moins 3 mois et répondait rarement aux attendes de nos clients. Lorsque Thiagy avait une discussion exploratoire avec un client potentiel qui lui demandait:  »Quand pouvez-vous commencer à former nos employés? » répondait DEMAIN. En fait, il utilise le courriel dès le début du cycle pour entrer en contact avec les employés à former et la formation est combinée à la prise d’information et les 7 étapes roulent continuellement jusqu’à la fin du mandat.
    Une approche similaire à ce que vous proposez pour le plan d’affaire. On saute dans l’action immmédiatement et la planification est un processus dynamique et continue.

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *