7 raisons d’amorcer une réflexion stratégique

Se lancer dans une réflexion stratégique est une démarche qui demande du temps, de l’énergie et un accompagnement professionnel. Alors pourquoi investir toutes ces ressources dans cet exercice ? Notre réponse en 7 points qui pourraient vous motiver à mettre cela à votre agenda cette année.

DixitCoaching099

1. Remobiliser ses équipes

Lors de la réflexion stratégique, vous allez explorer à nouveau (ou pour la première fois pour certains entrepreneurs) les notions de vision, de mission et de valeurs de votre entreprise. Pour quoi (c’est à dire dans quel but) avez-vous créé l’entreprise ? Que voulez-vous changer ou faciliter dans la vie de vos clients ? Quel souvenir voulez-vous leur laisser lors de leur expérience avec vous ?

En répondant à ces questions et en mettant des mots sur ces concepts à la fois simples et complexes, vous pourrez facilement les transmettre à vos employés, les guider, leur annoncer les prochaines étapes, les prochains défis et ce que vous attendez d’eux concrètement. Vous pourrez aussi leur demander leur contribution, leurs idées, leurs apports pour les intégrer à la réussite de l’entreprise. Les faire participer leur donnera également un surplus de motivation et de bonne humeur, vous verrez !

2. Mieux réussir à convaincre ses investisseurs

Si votre entreprise est en phase de croissance ou de consolidation, vous souhaitez peut-être inviter des investisseurs à vous rejoindre pour soutenir votre développement. Qu’ils soient des associés individuels ou un groupe d’anges investisseurs, vous aurez à leur raconter votre histoire avec passion et conviction.

Vous allez devoir leur dire ce que vous faites bien sûr, mais surtout POUR QUOI vous le faites et ce qui vous fera tenir en cas de tempête. Ils ont besoin de croire avec vous en votre projet et comme le disait Nicolas Boileau : « ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément ». En d’autres termes, plus ce sera clair dans votre esprit, plus vous aurez de facilité à le transmettre aux autres. Aux investisseurs, comme à vos clients d’ailleurs.

3. Faire des choix de partenariats pertinents

En affaires, il est souvent bénéfique de s’associer à des partenaires complémentaires (offrant des services différents à une même cible de clientèle) ou stratégiques (qui vous donnent accès à d’autres parts de marché). Mieux se connaître en tant qu’organisation permet de choisir les bons partenaires : ceux qui auront en commun les valeurs, mais aussi l’ambition relative aux objectifs, l’éthique de travail, l’exigence de qualité ou encore le degré de service à la clientèle.

En sachant énoncer qui vous êtes et ce que vous recherchez, vous pourrez attirer les partenaires qui vous correspondent le mieux et décourager ceux qui sont trop éloignés de votre mode de pensée ou de votre réalité. Également, en étant plus clair sur votre identité et votre vision, vous affinez votre capacité à rejeter des propositions qui feraient dévier de votre chemin en vous faisant perdre du temps, de l’énergie et de l’argent, mais aussi à repérer les partenariats idéaux, ceux-là même avec qui vous pourrez construire des relations mutuellement bénéfiques.

4. Faciliter et accélérer l’atteinte des objectifs

Si vous êtes déjà très bien organisé, vous avez des objectifs clairs, vous les mettez à jour et les communiquez chaque trimestre à vos collaborateurs et vous avez une mécanique bien huilée d’analyse de résultats, n’est-ce pas ? Ce n’est pas tout à fait le cas ? Pas de panique, c’est très courant, mais il reste que ce n’est pas souhaitable. Par exemple, se pourrait-il que vos objectifs ne soient pas atteints parce qu’ils ne sont pas assez clairs pour vos collaborateurs ?

Outre le fait que ces objectifs doivent être SMART, il faut surtout que vos employés puissent comprendre en quoi il est si important de les atteindre, pourquoi ils doivent faire cela et quelle fierté ils pourront en tirer. Si vos objectifs ne sont pas fixés ou pas assez fréquemment, définir votre macro-objectif (à savoir la mission de votre organisation) vous rendra la tâche d’autant plus facile. Il est beaucoup plus simple de poser les bonnes actions et d’arriver à bon port quand on a fixé la destination de son périple, n’est-ce pas ? Sinon, c’est l’errance assurée, en affaires comme en voyage.

5. Prendre du recul et visualiser à long terme

Très souvent, l’entrepreneur démarre son activité dans une démarche d’erreurs / essais / corrections, et si tout va bien, un jour les affaires commencent à décoller. Parfois, ce développement est trop rapide, créant des problématiques d’hyper-croissance qu’il faut alors gérer avec stratégie, attention et minutie. Dans tous les cas, l’un des facteurs de succès des entrepreneurs est la capacité à prendre du recul en s’octroyant du temps de réflexion, en dehors de la routine ou de l’action quotidienne, afin d’envisager le futur avec plus de sérénité.

S’accorder du temps pour réfléchir, se questionner, planifier, discuter n’est pas un luxe. En affaires, c’est même une nécessité, voire même une condition de succès. Au cas où vous y soyez réticent, sachez que ce n’est pas de l’oisiveté mais de la sagesse. Plutôt que de foncer tête baissée dans les projets et la résolution de problèmes en comptant sur l’adrénaline des actions en cours, offrez-vous une période de recul et d’analyse qui vous fera, par la suite, gagner beaucoup de temps.

6. Adopter un autre point de vue et élargir son champ de vision

Pris dans le quotidien de son entreprise, on peut avoir 1001 idées qui nous viennent en tête, mais pas l’espace ni le temps pour les poser sur papier et les évaluer une par une afin de les trier. C’est très frustrant, et cela augment le stress intérieur, notamment parce qu’on a l’impression que l’on perd des « perles de génie » mais aussi parce qu’on a l’impression que le train avance plus vite que nous, voire même que nous avons oublié de monter à bord.

L’exercice de planification stratégique est l’occasion, grâce à l’aide d’un consultant-coach, de donner libre cours à sa créativité, d’explorer des pistes de solutions négligées jusque là, de changer de point de vue, voire même de chapeau. C’est l’occasion d’explorer toutes ses idées. Et si on faisait cela différemment, est-ce que l’on gagnerait du temps ? Et si on contactait ce partenaire que nous avons toujours mis de côté, que se passerait-il ? Et si nous changions notre suivi des prospects ou notre CRM ? Et si… Et si… Et si… Vous verrez de nouvelles possibilités s’offrir à vous, vous permettant de les rationaliser dans la dernière partie de l’intervention : le plan d’action stratégique.

7. Prendre des décisions, prioriser et planifier les actions

Cette réflexion stratégique préliminaire a apporté de nombreuses pistes supplémentaires dans tous les domaines de vie essentiels de l’entreprise, ainsi que pour son développement futur. Cela peut en devenir confus. Sauf que c’est le rôle de votre coach de se positionner comme un gardien et un guide. Nous vous accompagnons jusqu’au bout de la démarche, bien au-delà de la partie d’analyse et de créativité, nécessaire mais inefficace si elle en reste là.

La dernière étape est de définir avec vous le plan stratégique. Il s’agit d’un document très concret et très pragmatique, qui définit les actions et les objectifs prioritaires et les organise dans le temps, et qui décrit clairement l’affectation des ressources à court, moyen et long terme : ressources matérielles, ressources budgétaires mais surtout ressources humaines.

Une mission claire, un plan stratégique, des objectifs limpides : Fiat Lux !

Nous accompagnons les organismes et entreprises dans leur exercice de planification stratégique.
Pour en savoir plus gratuitement, contactez-nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *